Si les joueurs ont du mal à accepter l’idée que les jeux vidéo peuvent modifier votre comportement, c’est pourtant un parti pris qui a très vite été adopté pour diffuser des annonces de propagande dans ce médium. soit ratées, soit réussies, ces formes de propagande touchent à tous les sujets de société.

Internet, bonjour, aujourd’hui dans cette étude de cas : 6 jeux de propagande.

 

Numéro 6 : Simcity Societies

SimCity est une série de jeux vidéo débutée par Will Wright en 1989 pour le compte de la société Maxis. Ils mettent en scène des jeux de gestion permettant de créer et modifier des villes. Le principe est simple, nous devons administrer une ville et surtout ses zones résidentielles commerciales et industrielles.

Sauf que voila, il est aussi nécessaire de s’occuper de la filière énergétique. Alors, que se passe-t-il quand une entreprise souhaite faire du lobbying au travers d’un jeu. Et bien tout simplement, elle va le financer. C’est en tout cas ce qu’a choisit de faire bp avec le jeu Simcity Société, sortie en 2007. Dans ce jeu, c’est la filière des énergies alternatives de bp qui a financé en partie le jeu en proposant de compléter le type d’énergie utilisable dans le jeu : le joueur doit choisir entre énergie renouvelable mais peu productive et énergie fossile très productive mais très polluante. Alors, comportement anodin, Green Washing ou faire comprendre que les entreprises style bp sont un mal nécessaire ?

 

Numero 5 : Les Jeux Lamolle Industry

Lamolle Industry est une petite boite de développement italienne dont l’objectif est de proposer un contenu transgressif. Chose que ne ferait apparemment pas les développeurs et les maisons de production Mainstream. Le postulat de la boite ? s’inspirer du mouvement cinématographique de la Nouvelle Vague et l’adapter au jeu vidéo. Sauf que on ne peut pas dire que cela soit une réussite. Ainsi, vous pourrez parcourir les jeux proposés, allant du sauvetage de prêtres pédophiles jusqu’à contrôler un personnage féminin dont l’objectif est de simuler un orgasme. Bref un bel exemple de beauferie présenté comme subversif. Sauf que pour être transgressif, il ne suffit pas d’avoir un humour pipi caca, il faut aussi un message, et celui de Lamolle Industry, possiblement libertaire, se perd complétement dans des jeu crétinisants et sexistes. Nan mais sérieux, un jeu où il s’agit de simuler un orgasme pour faire plaisir à l’homme ? C’est dégradant pour les deux partenaires…

 

Numéro 4 : America’s Army

Tout le monde en a déjà parlé : America’s Army n’est pas spécialement un mauvais jeu… enfin si, c’est un mauvais jeu, mais un mauvais jeu financé par le gouvernement des États-Unis Amérique. Le pire, c’est qu’il est globalement bien noté : 70/100 sur metacritic. Bref, outre le fait que le jeu soit de la propagande au possible, le site officiel de l’éditeur vous propose directement d’aller découvrir le site officiel de l’armée américaine afin d’entamer une procédure de recrutement… Donc en gros le message c’est : cela vous a plu en jeux vidéo ? Vous allez adorer la vraie vie véritable. Venez tuer des gens avec nous.  Le jeu fonctionne tellement bien que que la NSA et le FBI réfléchissent aussi à proposer ce type de contenu… Engagez-Vous quoi ! Alala, une simulation style Farming Simulator aurait peut-être été plus efficace.

 

Numéro 3 : Ethnic Cleansing et Border Patrol

Voila maintenant le moment d’aborder le racisme dans le jeu vidéo. Et si certains jeux se sentent protégés des attaques racistes puisqu’un scénario vient tout justifier, par exemple Resident Evil 5, d’autres se fichent royalement de toutes explications. En tout cas, c’est le principe adopté par Ethnic Cleansing et Border Patrol. Dans le premier, sorti en 2002, vous incarnez un skinhead neonazi et vous parcourez un ghetto et devez tuer tout ce qui passe. Je vous laisse imaginer les populations visées. Dans le deuxième jeu, vous êtes dans un mirador et devez abattre des personnes mexicaines cherchant à franchir la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Bref, inutile de préciser maintenant que Hatred n’a absolument rien inventé.

 

Numéro 2 : La série des Praise de Digital Praise

Voici mon préféré de cette petite liste. Le sujet précédent était un peu trop violent à mon goût alors voici quelque chose qui devrait vous apaiser. Dance Praise est un jeu de dance vous permettant de danser sur toutes vos chansons chrétiennes préférées. Guitar Praise, comme son nom l’indique est un substitut à guitar Hero. Préparez-vous donc à danser ou jouer de la guitare sur du rock, du rap et de la pop chrétienne. Là où le bas blesse, c’est quand on s’aperçoit que la musique est un vecteur fort de propagande et que ce type de jeux utilise la mémoire visuelle, auditive et kinétique pour ancrer des messages religieux avec une pointe conservatrice dans le petit cerveau de nos enfants.

 

Numéro 1 : Pregnancy

L’histoire est assez simple mais terriblement pesante : Une adolescente s’est faite violée par un homme et on incarne sa conscience. Sauf que voilà, cette jeune fille tombe enceinte, doit-elle garder l’enfant ou avorter ? Voilà tout l’enjeu de ce powerpoint interactif. Et avec un sujet aussi difficile que ça, sujet qui est en plus est traité par deux mecs qui ne sont jamais tombé enceinte, que pourrait-il bien se passer de mal ? Un jeu réfléchi ? Neutre ? Ou alors un jeu totalement biaisé qui traite très mal d’un sujet et sans rien y comprendre et qui de surcroit est mal écrit ? (“félicitation, pomme de terre”) Toutes les critiques s’accordent à dire qu’il n’y a pas de choix. A titre personnel, je considère le jeu comme étant pro-life même s’il se targue d’instaurer un pseudo-dialogue (21:28) (30.34 ; 34.15) et franchement mais dans le jeu, tout le monde se fiche royalement qu’une fille de 14 ans ait été violée… nan mais sérieux, c’est quoi le message… que c’est sa faute si elle a été violée et que c’est pas grave parce qu’elle sera heureuse d’avoir un enfant ? Même sans avoir d’opinion tranché sur le sujet, la pilule est quand même dure à avaler.

Conclusion

Et voila cette petite liste qui se termine. Ce n’est sûrement que la partie émergée de l’iceberg sur laquelle j’étais tombé pendant que j’écrivais le GS#2. Si l’étude des jeux vidéo sous l’angle des sciences humaines vous intéresse, vous pouvez vous abonner, si cette vidéo vous a plu, et bien vous pouvez y mettre un pouce bleue et la partager, à l’inverse, si elle ne vous a pas plu, vous pouvez mettre un pouce rouge.  En attendant, dans tous les cas, Internet, merci de m’avoir écouté.

 


6 jeux vidéo de propagande bizarre, les sources :

Pregnancy http://store.steampowered.com/app/351900/

https://www.youtube.com/watch?v=QmzalSivbwA

 

Lamolle Industry http://www.molleindustria.org/en/orgasm-simulator/

http://www.molleindustria.org/en/queer-power/

 

America’s Army http://www.americasarmy.com/

http://www.houstonpress.com/arts/5-best-video-games-used-as-propaganda-by-governments-6394344

 

Simcity Societies financé par BP http://www.gamespot.com/articles/bp-fuels-simcity-societies/1100-6235468/

http://sustainablog.org/2007/11/simcity-societies-will-gamers-go-green/

http://investor.ea.com/releasedetail.cfm?ReleaseID=313954

 

Dance Praise https://www.youtube.com/watch?v=HSKYV0eEIvs

https://www.youtube.com/watch?t=36&v=k32xxvAsOOQ
Ethnic Cleansing https://fr.wikipedia.org/wiki/Ethnic_Cleansing

Border Patrol http://www.flashrolls.com/shooting-games/Border-Patrol-Flash-Game.htm