Voici un nouveau projet que je démarre en même temps que les journées du flim francophone à Budapest ! Le principe ? Une critique pendant le temps d’un trailer :)

Au total, cela m’aura pris environs 2 heures de travail pour un résultat que je trouve satisfaisant… disons que c’est un bon début en tout cas ! (Mieux que mes débuts avec easynomie en tout cas).

Des remarques ? Des critiques ? N’hésitez pas à me les faire savoir en commentaire pour que je puisse m’améliorer :D

Le script

Manges tes morts, flim de Jean Charles Hue sorti en septembre 2014 nous raconte la vie de jason Dorkel, 18 ans. Celui-ci, appartenant à la communauté des gens du voyage, prépare son baptême chrétien. Pour clouer le tout, son baptême se trouve être à trois jour de la sortie de prison de son demi-frère Fred qui revient après plus de 15 années d’absence. Ensemble, accompagnés de leur dernier frère, Mickaël, et de Moïse, leur cousin, les garçons partent en virée pour fêter leur retrouvailles.

Que dire sur ce film ? Tous d’abord, contrairement à la masse de commentaires que j’ai vu en parcourant certains fils de discussions sur internet, ce film est une éblouissante réussite et qui montre qu’en France, on ne fait pas que des bouses stigmatisant au possible n’importe quelle communauté.

Très loin du flim abrutissant ou faussement intelligent, Mange-tes morts nous plongent dans un monde étrange, drôle, sérieux et noir loin des clichés et de la stigmatisation. La famille Dorkel, la famille que le réal’ filme dans ce métrage est attachante et contrairement aux mauvais docu-fiction de TF1, Jean Charle Hue aime ses personnages, et cela se ressent dans la réalisation.

A la limite de la fiction et de documentaire. Jean Charle Hue nous raconte le passage initiatique de Jason à l’âge adulte. Entre le rite obligatoire et à légalité, les personnages tracent leur route en dehors de tout manichéisme facile et pompeux. Alternant des passages heureux comme sérieux, le réalisateur arrive en moins de deux heures à nous faire ressentir les contradictions de la vie des yéniches et leur relation avec les gadjos.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser aussi, les dialogues ne sont pas des textes faciles, chaque phrase, chaque mot arrive et pointe du doigt les contradiction de chacun des personnages. Jason en est finalement un exemple flagrant : Préparant son baptème qui fera de lui un homme de la communauté, il fomente le vol d’un camion transportant du cuivre afin de devenir l’égal de ses frères.

Bien sur, nous pourrions nous amuser à noter toute les références bibliques autour du personnage de Fred, véritable martyr de cette communauté que l’on observe. Ressurgit d’entre les morts après son séjour de 15 ans en prison, celui-ci reste à peine trois jours avec ses frères pour finalement mourir pour leur péché.

Coté réalisation, le film est beau, les scènes sont incroyables et sortant du film, on n’arrive pas à distinguer ce qui a été improvisé de ce qui a été préparé. Le réalisateur comprend parfaitement les enjeux et s’amuse avec ses acteurs qui interprètent parfaitement leur propres personnages.

Mange tes morts est un film brut, sérieux et vicéral. Passer à coté de ce petit film empruntant au polar, au western au documentaire serait une erreur

Le box-office est une chose, certes, mais que celane nous empêchera pas de lui accorder un succès d’estime largement mérité.