En arrivant sur cette page, on pourrait se dire : « sérieux qu’est-ce qu’il est en train de nous inventer là ? » Mais au fond la question se pose, non ? Divagation d’un digital natif.

Maman, c’est quoi la télévision ?

Si je devais définir la télévision, celle-ci serait un outil où l’information est diffusé uniquement dans un seul sens. Une espèce de web 1.0 précaire pire encore que le minitel. Mais si Bourdieu s’est posé en tant que critique de la télévision et des journalistes, c’est parce que fondamentalement, toutes sources d’information doit pouvoir être remise en cause, non ? Alors, si je me pose la question : qu’est-ce qu’internet ? C’est la télévision où je suis acteur et spectateur d’une source d’information puissance ∞.

De l’œil d’un jeune de la génération 90, la télévision s’assimile facilement à une espèce de concentration de tous les médias dans un tout petit écran et internet finalement… Est-ce quelque chose d’autre ? Bien pas tant que ça… oui j’ai accès à tous les sites web, oui je peux surfer partout où je le souhaite et même en dehors des cadres légaux, oui l’infini d’internet, je t’aime, oui internet j’apporte un peu de mon être à ta création avec ou contre ma volonté mais finalement, es-tu fondamentalement différent de la télévision ? Et bien … Non pas tant que ça… à l’instar des chaînes de télévision (plus d’une vingtaine en France) je ne prend l’information qu’à partir d’une vingtaine de sites web, tous subissant exactement les mêmes travers que leurs ancêtres télévisuels et papiers. Et pour quelqu’un d’autre, ce sera 20 autres sites web…

« Vous les jeunes, vous savez utilisez les boutons de l’internet, c’est facile de comprendre quand on est né dedans ! »

J’entends souvent cette remarque. Il se trouve que j’ai travaillé (dans une ancienne vie… il y a deux ans en faite) dans une usine dont la moyenne d’âge de ses salariés était autour de 45-50 ans. Et tous me tenaient le discours suivant : « les jeunes savent mieux utiliser que nous les outils de l’interweb ». NON, je ne suis pas d’accord, j’aurai même tendance à dire que c’est le contraire. Ou plutôt, j’aurai tendance à dire qu’il y a la même proportion de jeune, aujourd’hui, qui savent utiliser les médias des TIC que la proportion de jeunes qui en 1970 savaient enregistrer quelque chose sur le magnétoscope de leur grands-parents. Alors, quand on me parle de génération Y ou de Digital Natifs, je me dits que ces termes ne devraient pas être utilisés aussi facilement. Tout d’abord, penser que ma génération est homogène, je ne sais pas si c’est une erreur mais je suis profondément contre cette idée. Ainsi, si nous allons trouver quelques individus à vraiment créer de l’information sur Internet et se servir de ce dernier de manière avertie, je pense que la majorité reste une masse d’acteurs plutôt passifs (dans le sens qui se laisse porter par le mouvement).

Tu divagues coco, non ?

Oui, mais tout cela pour dire que fondamentalement, les questions se posent toujours. Et si pour moi internet se conçoit comme l’extension de mon cerveau, je doute qu’il soit considéré de la même façon par tous ceux de ma génération : la génération Y (ou Génération Pokémon, ça fonctionne aussi…). Alors quand on me parle de littératie numérique, c’est-à-dire «l’aptitude à comprendre et à utiliser les TIC dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités», je crie haut et fort que « Oui nous en avons besoin » mais « Non, à l’opposé du smartphone, nous ne sommes pas tous fournis avec à la naissance ». Une source d’information doit toujours être remise en cause quelque soit sa prestance, sans forcément aller dans la théorie du complot. Vous avez surement peut-être déjà entendu, qu’en moyenne, nous mangions 7 ou 8 araignées par an ? Bonne nouvelle : c’est un fake créé de toute pièce par une journaliste (Lisa Holst) pour tester la viralité des messages publiés/envoyés sur internet. Mauvaise nouvelle : pendant un temps, j’y ai cru… peut-être vous aussi…

Ainsi, pour résumer un peu ma pensée, Internet est pour moi une télévision à la puissance exponentielle. Si je dois remettre en cause les informations transmises par la télévision, je dois le faire 10 puissance n sur internet. Oui, je suis un jeune de la génération numérique, oui je comprends peut-être plus vite comme cela fonctionne et grand OUI, je me fais toujours avoir sur l’information que je reçois. Je répète des erreurs qui devraient normalement s’éviter facilement.

Et si je retiens quelque chose des textes fondateurs de l’éducation aux média, c’est que moi, pur produit de la génération Y, ayant joué à Pokémon, été fan de Yu-Gi-Oh, né avec une manette dans les mains, dont la translittératie et la littératie numérique seraient presqu’innées et bien, je me fais toujours avoir d’une manière ou d’une autre par les médias. Tous le monde est concerné par l’éducation aux nouveaux médias et le fossé que les baby-boomers et enfants de baby-boomer aiment créer entre eux et ma génération n’est pas aussi large qu’ils/on l’aimeraient/ait.